• Bonjour à tous,

    Je continue l'exploration des fonds de tiroirs en ressortant deux maquettes tombées dans l'oubli :
    le Leopard 2A6 et le véhicule blindé Dingo, deux kits Revell au 1/72.
    Ils ont pour point commun une très grande finesse de détail,
    et n'ont pas grand chose à envier, pour tout dire, à certains kits au 1/35.

    Leopard 2A6 et Dingo

    Le Leopard 2 m'avait quand même sérieusement agacé à l'étape du train de roulement.
    La finesse des pièces se paie à cet endroit par une fragilité excessive pour les bras de suspension.
    J'avais galéré à aligner les roues et finalement tout remis en vrac dans la boite...

    J'ai repris tout ceci à tête reposée la semaine dernière,
    pour en arriver ces jours-ci à l'étape de la peinture.

    Les deux kits étant destinés à rejoindre un diorama, ils ont été peints de façon identique,
    avec un mélange de XF22 et de XF62 Tamiya. Les décorations sont fantaisistes,
    les chiffres sont récupérés sur une planche de décal de T72 finlandais au 1/35.

    Aucune modification sur le Leopard, à part les bâches en feuille de plomb sur les casiers de la tourelle.
    Les pièces optionnelles de la version néerlandaise ont été choisies pour lui donner un peu d'originalité.

    Leopard 2A6 et Dingo

    Les détails ont été repris au pinceau avec de la peinture Tamiya diluée à l'eau.
    J'ai quasiment abandonné mes Prince August.

    Leopard 2A6 et Dingo

    Sur le Dingo, j'ai ouvert la bâche du compartiment de transport,
    pour y placer des bidons et un soldat accroupi (Preiser).
    La modification a été réalisée avec de la feuille de plomb.

    Leopard 2A6 et Dingo

    Les vitrages ont été laissés de côté pour le moment, ils seront installés à la toute fin,
    l'ajustage du toit sur le chassis étant... parfait. Revell a fait du très beau boulot.

    Leopard 2A6 et Dingo

    J'espère ébaucher le diorama ce week-end,
    si la vraie vie me laisse un peu de temps à l'atelier !

    Bon week-end à tous !

    Pin It

    2 commentaires
  • Bonjour à tous,

    je poursuis ma petite série de maquettes nostalgiques
    avec ce diorama composé de deux kits emblématiques de la marque Airfix.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Si vous vous intéressez au maquettisme (sinon que faites vous encore là !!!)
    je pense que vous avez déjà monté les deux camions du RAF Recovery set,
    un modèle de 1975 il me semble.
    Le Spitfire fait partie des nouveaux kits Airfix et c'est un petit bijou.

    Le camion grue Amazon-Coles et l'ensemble Bedford-Queen Mary sont aussi de jolis petits modèles,
    si on les assemble avec soin (la grue demande un peu d'attention),
    qu'on prend la peine d'affiner quelques pièces et d'ajouter un peu de détail au niveau des mécanismes de la grue (merci Christian pour les photos et les indications).

    Quant au Spit, c'est un kit superbe. Il a été monté from the box,
    peint à l'aérographe pour le marron et au pinceau pour le camouflage vert.

    Klir, décals, klir, la routine...

     Et voilà les trois modèles réunis sur un socle en chêne
    que m'avait fabriqué un oncle menuisier (merci Charly).

    Première disposition pour fixer la scène.
    Le semi remorque ayant été sous-dimensionné par Airfix, il est placé à l'arrière plan.

    Et voici le diorama terminé avec les figurines. Elles sont aussi issues de boîtes Airfix,
    après un long, long, long séjour dans la boîte à rabiot,
    parmi des centaines de petits soldats en plastique mou.

    Elles ont été peintes avec de la peinture Tamiya, au pinceau.

    Et je remarque maintenant sur la photo qu'une des roues arrières du camion grue est de travers.
    Je vais rectifier ça rapidement.

    Les sangles de levage, tout à fait hypothétiques,
    ont été réalisées en ruban de masquage, peint en gris.

    L'ensemble forme un carré d'environ 30 cm de côté,
    pour lequel je dois maintenant trouver une boîte !

    J'ai encore pris beaucoup de plaisir à mettre ensemble ces maquettes,
    en particulier les camions que je traînais dans mon stock depuis plus de vingt ans !

    A pluche !

    Séb

    Pin It

    votre commentaire
  • Bonsoir à tous

    Retour en ligne après une longue absence sur le blog, avec un Crouze, un Crusader Heller au 1/72,
    une des toutes premières maquettes que j'avais montées lorsque j'étais ado.

    J'ai retrouvé ce kit avec plaisir et un peu plus d'expérience pour en tirer un modèle convaincant...

    Un Crouze

    Je suis donc parti de cette antique boîte noire, donnée par un ami en échange d'un autre kit (merci Alain).

    Un Crouze

    La déco française est bien prévue...

    Un Crouze

    J'avais conservé mon tout premier Creusader Heller, qui a survécu à quelques déménagements !

    Un Crouze

    Montage simple et sans mauvaise surprise du kit Heller.

    J'ai pris l'option from the box, découpant simplement les volets et les ailerons pour les abaisser,
    comme on le voyait souvent sur les appareils au roulage ou prêts à décoller.

    Un Crouze

    Un Crouze

    Peinture avec de la Tamiya XF80, peu être un peu trop foncée.

    Un Crouze

    Les décals légèrement jaunis mais impeccables à la pose, ouf !

    Un Crouze

    Le modèle terminé avec les retouches et les détails repiqués au pinceau.
    La patine est volontairement très légère.
    Les Crusader de l'aéronavale étaient généralement assez propres dans leurs premières années de service.

    Un Crouze

    J'ai laissé de côté les missiles pour ne pas altérer les lignes de l'avion.
    J'ai ajouté un pilote Hasegawa dans le cockpit, avec l'idée de réaliser un petit diorama.

    Un Crouze

    Ici la maquette est juste posée sur un carton imprimé Verlinden, pour la séance photo.

    Un Crouze

    Beaucoup de plaisir à monter cette maquette un peu ancienne mais encore très belle.
    Cet avion est d'une élégance incroyable.

    Un Crouze

    Après le Corsair et le Crusader, mon prochain zing de l'Aéronavale sera un Rafale M.
    Le kit est en stock (merci Christophe), il attend son tour.

    En attendant, il y a d'autres affaires sur le gaz,
    en particulier un group build "guerre du Vietnam"
    à partir du 1er septembre avec les camarades du Maquette club de Niort.

    A pluche !

    Pin It

    votre commentaire
  • Bonjour à tous,

    Après une longue pause, je reprends le fil du blog !

    Les dernières semaines ont été consacrées au montage de quelques avions au 1/72,
    un retour aux sources puisque c'est avec ce genre de kits
    que j'ai découvert le maquettisme il y a... quelques années.

    J'ai décidé de réaliser quelques avions mythiques,
    plus ou moins from the box, pour le plaisir du montage, en tout cas sans me prendre la tête.

    J'ai commencé avec un A4 Skyhawk dans une configuration Vietnam,
    avec le kit Italeri et des armements Hasegawa (roquettes Zuni et bombes freinées):

    Retour aux sources

    Retour aux sources

    Les décalques m'ont réservé une mauvaise surprise en se désagrégeant.
    Quelques sueurs froides mais j'ai réussi à en poser l'essentiel.

    Retour aux sources

    Un soit-disant MIG 37 Ferret, issu de l'imagination de Testor dans les années 80.
    Un autre kit Italeri amusant, sur lequel j'ai consommé plus de mastic que prévu !

    Retour aux sources

    Retour aux sources

    Retour aux sources

    Retour aux sources

    Et finalement un Corsair F4U7 de l'aéronavale, une maquette montée il y a 20 ans,
    abandonnée suite à un accident de peinture (les bandes jaunes de Suez).
    J'ai repris ça a tête reposée, recollé ce qui était cassé,
    retrouvé les pièces égarées et appliqué une toute nouvelle peinture.

    Retour aux sources

    Retour aux sources

    J'ai laissé les bombes et les roquettes de côté pour conserver les lignes de l'avion.

    Retour aux sources

    Certaines photos montrent des Corsair dans un état d'usure et de crasse étonnant.
    C'est ce que j'ai essayé de reproduire.

    Retour aux sources

    Le club de Niort comprend plusieurs membres férus d'aviation
    qui m'ont donné de bons conseils pour ce retour aux machines volantes.

    J'ai maintenant sur mon établi un autre avion mythique :

    Retour aux sources

    A venir en décoration française évidemment !

    Bon week-end à tous

    Pin It

    1 commentaire
  • Bonsoir à tous,

    Je poursuis mon exploration des maquettes entamées
    et j'ai terminé cette semaine ce Gepard Tamiya au 1/35.

    Flakpanzer Gepard Tamiya

    J'avais passé du temps à monter cette maquette, améliorée avec des pièces Eduard
    et rectifiée avec des garde-boue de Leopard 1 Italeri,
    le kit Tamiya représente un des Gepard de présérie, différents de la version mise en service.

    Flakpanzer Gepard Tamiya

    Le kit Tamiya présente aussi le défaut d'être trop court :
    le chassis du Gepard était rallongé de quelques centimètres par rapport au tank d'origine
    et l'extension se voit entre le 3e et le 4e galet, légèrement plus écartés.
    Je ne me suis pas lancé dans cette modification hasardeuse...

    Flakpanzer Gepard Tamiya

    J'ai opté pour un camouflage hivernal provisoire, réalisé à l'aérographe d'abord,
    puis repris au pinceau avec la même teinte blanc cassé.

    Flakpanzer Gepard Tamiya

    J'ai limité la patine, partant du principe que ces blindés truffés d'électronique de pointe
    étaient certainement bien entretenus par l'armée ouest allemande.

    J'ai insisté sur la boue par contre et ajouté des marquages de manoeuvre pour la couleur.

    Flakpanzer Gepard Tamiya

    Cet engin a une allure incroyable !

    J'ai sorti des cartons une autre grosse maquette qui avait besoin d'un coup de jeune :
    ce M109 Italeri récupéré chez un copain (je ne l'ai pas monté ni peint)
    était un peu cassé, mais complet à l'exception de la "point cinquante".

    Flakpanzer Gepard Tamiya

    Une petite soirée de réparations,
    une " point cinquante " trouvée dans la boîte à rabiot
    et voilà qu'il a meilleure allure.
    Prochaine étape : nouvelle peinture, peut être " Desert Storm ".

    A suivre !

    Restez chez vous et... faites des maquettes !

    Pin It

    votre commentaire
  • Bonjour à tous

    Le confinement est propice à ressortir des cartons des maquettes
    restées dans l'impasse comme cet Invincible
    que j'avais abandonné il y a quelques années.

    L'Invincible, pas inmontable

    La boîte est séduisante mais le kit a quelques tares : la coque est entière et aucune encoche n'est prévue pour faciliter sa découpe en waterline. Le plastique est même très épais...

    Autre point noir : les lignes du pont d'envol sont représentées en relief,
    assez lourdement, ce qui donne à l'échelle des alignements de petits murets sur la piste.
    Le Harrier a beau décoller verticalement...

    Bref, muni d'une lame neuve et d'un peu d'huile de coude, j'y suis finalement arrivé !

    L'Invincible, pas inmontable

    Sur le pont, un mélange de mastic Tamiya, de Mr Surfacer et d'acétone
    pour rectifier les dérapages de cutter.

    L'Invincible, pas inmontable

    A la proue, une bonne épaisseur de mastic est nécessaire...

    L'Invincible, pas inmontable

    Le détail des superstructures est très fin,
    le kit comprend une petite planche de photodécoupe pour les rambardes et le grand radar.

    L'Invincible, pas inmontable

    La poupe a été poncée. La forme générale me semble fausse
    (arêtes arrondies, elles devraient être rectilignes) mais je fais l'impasse.

    L'Invincible, pas inmontable

    Autre déception, le parc aérien très maigre :

    L'Invincible, pas inmontable

    J'ai quelques Lynx et un Chinook dans la boîte à rabiot
    qui ne seront pas de trop pour meubler le pont d'envol.

    J'ai bien quelques Harrier en rab, mais la taille n'est pas identique !
    C

    elui-ci est cassé en plus :(

    L'Invincible, pas inmontable

    Un porte-avion étant rarement seul, j'ai sorti cette jolie boîte :

    L'Invincible, pas inmontable

    Un très beau petit kit, si on fait l'impasse sur ses dimensions.
    La coque est trop longue de 2 cm et quelques, ce qui fait quand même une quinzaine de mètres rapportés à l'échelle !
    ça ne m'empêche pas de dormir heureusement !

    L'Invincible, pas inmontable

    Les pièces s'assemblent facilement et là aussi le kit comprend une petite planche
    de photodécoupe pour améliorer l'ordinaire (j'ai un set WEM en complément)

    L'Invincible, pas inmontable

    Le Lynx est assez réussi je trouve :

    L'Invincible, pas inmontable

    Il faudra juste modifier les pièces pour ouvrir le hangar et mettre un peu de vie sur le pont d'envol :

    L'Invincible, pas inmontable

    Les deux bateaux tiendront sur un décor de format A4 (celui-ci est destiné au Heian Maru).

    L'Invincible, pas inmontable

    A pluche !

    Séb

    Pin It

    1 commentaire
  • Bonjour à tous,

    En triant mes boîtes, je suis tombé sur ce vieux diorama,
    comprenant un T72 Italeri et des fantassins russes Dragon,
    mis en scène sur un stade de foot.

     

    L'ensemble a mal vieilli, je ne suis pas sûr de le garder longtemps encore !

     

    Les figurines en revanche pourraient trouver un nouvel emploi sur un autre diorama.

    J'avais sans doute un peu forcé sur les ornières. Un T72 c'est lourd mais quand même...

    Restez chez vous et faites des maquettes !

    Séb

    Pin It

    votre commentaire
  • Salut à tous

    Ma commande de l'Arsenal n'est pas arrivée mais j'ai retrouvé par hasard
    une petite pochette de rambardes White Ensign Model dans une boîte en faisant du rangement...

    Rambardes !

    Je me suis donc lancé dans la partie la plus fastidieuse des kits au 1/700,
    en commençant par le dragueur de mines, quatre sections de rambardes seulement.
    Le Heian Maru sera une autre paire de manches !

    Rambardes !

    (Tiens je remarque une trace de moulage sur la tourelle, il faudra gratter et repeindre)

    J'utilise des bandelettes d'adhésif Tamiya pour tenir les rambardes
    avant de les coller sur le pont à la colle blanche.
    Ce n'est pas d'une solidité à toute épreuve, mais suffisant pour des modèles destinés à un diorama.

    En revanche dans ce cas je doit reprendre la peinture des rambardes séparément du reste de la maquette.
    Ce n'est pas ma méthode préférée (je préfère tout coller d'abord et tout peindre ensuite).
    Enfin on s'adapte !

    Bon week-end à tous

    Séb

    Pin It

    votre commentaire
  • Bonjour à tous

    Les éléments du diorama avancent petit à petit.
    Après avoir terminé la partie "naturelle" du décor,

    Heian Maru et I400

    je me concentre sur la peinture des maquettes de bateaux :
    le Heian Maru, ravitailleur de sous-marins,
    le sous-marin géant I400 qui sera amarré à couple
    et un drageur de mines armé en protection.

    Heian Maru et I400

    La coque du Heian Maru a été camouflée à l'aérographe, en utilisant des masques successifs.

    Heian Maru et I400

    Mon problème désormais est l'absence de rambardes.
    Ma commande passée il y a deux semaines chez L'Arsenal
    est semble-t-il quelque part entre deux bureaux de Poste...

    Heian Maru et I400

    Les couleurs sont un peu criardes (surtout les chaloupes), la patine va atténuer tout ça.

    Heian Maru et I400

    Cette pérode de confinement est aussi l'occasion de faire le tour des maquettes inachevée,
    depuis vingt ans pour certaines !
    Comme des avions qui me font de l'oeil depuis quelques jours...

    Heian Maru et I400

    Comme l'aérographe était sorti, j'en ai profité pour me refaire la main sur du 72
    avec ce Goshhawk repeint aux couleurs de l'armée de l'air Syldave.

    Heian Maru et I400

    Bonne journée !

    Pin It

    3 commentaires
  • Bonjour à tous,

    Cette période de confinement est forcément l'occasion de construire quelques maquettes,
    et pourquoi pas des navires waterline.

    Je vous propose aujourd'hui un pas à pas sur la réalisation d'un décor pour ces maquettes navales.

    Un tuto " Faire de la bière " aurait sans doute plus de succès mais bon, on va juste faire un peu d'eau.

    Faire de l'eau

    Je précise que je n'ai rien inventé : je me suis beaucoup inspiré des articles sur la question de François Verlinden et Jim Baumann.

    L'ensemble des matériaux utilisés est disponible facilement en magasins d'art et de bricolage
    (il faudra peut-être attendre la fin de la crise pour faire les courses cependant !),
    aucun produit ne présente de danger (pas de résine) ou de complexité (à l'exception peut-être de l'aérographe).

    Lorsque je prépare un diorama, je commence toujours par trouver une bonne boîte
    qui permettra de le stocker et de le transporter en toute sécurité.
    Il faut veiller à la hauteur de la boîte si le modèle comprend des mâts...

    Faire de l'eau

    Le socle en lui même est une planchette de pin coupée à la dimension voulue (celle de la boîte donc),
    ici plus ou moins un format A4.

    Passons aux choses sérieuses.

    Faire de l'eau

    L'ingrédient clé, c'est une feuille de papier aquarelle, qui donnera une légère texture.
    Il faut le choisir un peu épais, avec un grain bien visible.

    Faire de l'eau

    On colle en laissant déborder le papier de quelques centimètres tout autour du socle :

    Faire de l'eau

    Et on appuie bien pour éviter les cloques :

    Faire de l'eau

    Lorsque la colle a bien surci, on peut éliminer les bords :

    Faire de l'eau

    Et voici notre socle bien net :

    Faire de l'eau

    Pour avoir un aspect lisse sur la bordure, je mastique la jonction bois-colle-papier :

    Faire de l'eau

    On étale...

    Faire de l'eau

    ... et on ponce :

    Faire de l'eau

    On a maintenant une surface bien lisse pour passer une couche de peinture noire (acrylique en tube) :

    Faire de l'eau

    Coller quelques patins de liège sous le socle le surélève de quelques millimètres,
    ça facilite la prise en main et améliore son apparence plus tard en expo.

    Faire de l'eau

    On va maintenant peindre l'eau, en choisissant une teinte (acrylique) qui correspond au paysage voulu.
    J'utilise souvent cette référence "cendre verte" de la gamme Pébéo.

    Faire de l'eau

    On peut choisir du marron pour les eaux chargées d'un estuaire, du bleu turquoise pour le Pacifique,
    noir pour une scène de nuit, etc.
    Google Earth peut s'avérer utile pour trouver le bon mélange.

    On barbouille donc, en une ou deux couche,
    en essayant de ne pas colmater le grain de notre beau papier aquarelle !

    Faire de l'eau

    L'étape suivante implique l'utilisation d'un aérographe.

    Faire de l'eau

    On va créer des nuances avec deux lavis de la gamme Citadel.

    Faire de l'eau
    Je les vaporise successivement en couches légères, aléatoires, rapides pour donner des effets de profondeur.

    Faire de l'eau

    Etape finale, le vernis brillant.
    Comme on va en consommer pas mal, il faut trouver un bon bidon.
    Celui-ci est super.

    Faire de l'eau

    Au pinceau, on applique le vernis en donnant, avec une petite épaisseur, quelques ondulations.

    Faire de l'eau

    On laisse durcir une ou deux journée et on recommence, deux, trois, quatre fois si nécessaire,
    pour arriver au résultat voulu. Idéalement, les maquettes doivent se refléter à la surface.

    Faire de l'eau

    Le décor est maintenant prêt à recevoir des maquettes et des élements de décor.

    Faire de l'eau

    Ici le Heian Maru, le sous-marin géant I400 et un dragueur de mines de la Marine impériale japonaise.

    Je reviendrai dans un prochain post sur les précautions à prendre lorsqu'on colle le coques.
    Rien de pire qu'un cuirassé en lévitation à quelques millimètres de la surface !

    Cette méthode, vous l'avez bien compris, permet de représenter les eaux calmes d'un port ou d'une baie abritée.

    Il est toutefois possible d'ajouter quelques effets de mouvement
    en peignant des vagues et des remous (hélices) en trompe l'oeil.

    Faire de l'eau

    J'utilise pour cela un gris vert pale très dilué de la gamme Prince August.
    La surface vernis permet d'effacer rapidement un coup de pinceau malheureux
    et de recommencer jusqu'à l'obtention de LA vague.

    Sur ce diorama, j'ai représenté les vagues à l'étrave
    avec des fragment de papier mouchoir imbibé de vernis brillant,
    rehaussés ensuite avec de la peinture blanche.

    Faire de l'eau

    Les effets de profondeur et de transparence sont également possibles en trompe l'oeil,
    comme ici, la partie submergée des coques de sous-marin, peinte à l'aérographe.

    Faire de l'eau

    Faire de l'eau

    Voilà, j'espère avoir aussi complet et simple que possible,
    n'hésitez pas à utiliser la case commentaire !

    Bonne soirée, prenez soin de vous
    (restez chez vous à construire des maquettes)

    Séb

    Pin It

    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires